Quels chefs d’établissement pour demain ?

« La conviction est désormais acquise que c’est de la base et non du sommet que l’École peut se réformer et progresser », affirme Ghislaine Matringe en introduction au dossier que la Revue internationale d’éducation de Sèvres a consacré au métier de chef d’établissement.

Cette conviction, le Snceel l’a toujours portée auprès de ses adhérents et de ses partenaires. Est-il besoin de le rappeler, il considère que « l’établissement constitue la base de tout réseau institutionnel » et que ceux qui en sont responsables sont, en conséquence, « en première ligne ».

Avec ce grand angle, le Snceel a souhaité explorer ce que sera demain le métier de chef d’établissement.

Il sera assurément plus complexe et nécessitera, outre les compétences techniques d’outillage, des compétences dans le champ de pilotage de l’organisation et dans celui du management. C’est ce que mettent en évidence les témoignages des tutelles – congrégations et directions diocésaines – qui missionnent les chefs d’établissement.

S’interroger sur ce que sera demain le métier de ces derniers aussi imposait de s’intéresser au dispositif de formation initiale qui les prépare à l’exercice de la mission reçue. C’est l’objet de l’entretien avec Nathalie Tretiakow, directrice de l’Ecole des cadres missionnés.

C’est ensuite sur un mode caustique, qu’Hélène Hamelin décrit, ce qui est attendu du chef d’établissement.

Avec un focus sur l’expérience conduite au collège Saint-Charles à Angers, André Niget nous emmène du côté des organisations scolaires de demain et en tire les conséquences sur la fonction et le style d’animation du chef d’établissement

Du style d’animation du chef d’établissement, il en est aussi question dans la contribution « Management et exercice de l’autorité ».

Formation contenue et accompagnement sont au service des chefs d’établissement, développent Michel Braud et Arnaud Patural. La première leur permet d’entretenir leur capital compétences tout au long de leur carrière. Le second propose à ceux qui le souhaitent de prendre un peu de distance par rapport à leurs pratiques grâce à l’écoute et au regard en miroir d’un de leurs pairs.

C’est à un pas de côté qu’invite Bruno Magliulo en montrant comme l’octroi de marges de manœuvre aux établissements publics a transformé l’exercice du métier des principaux et des proviseurs.

Vivien Joby a opté, dans « Les nuits difficiles » pour la prospective avec la loi Censi 2 qui a fait des chefs d’établissement de l’enseignement privé des agents publics contractuels…

Les chefs d’établissement exercent un même métier qu’ils soient responsable d’une école ou dirigent une structure du second degré… À quand alors un même statut ? Les négociations rencontrent aujourd’hui des blocages. Explication avec Bruno Dillies

Au sommaire de ce dossier grand angle “Quels chefs d’établissement pour demain ?

Quels chefs d’établissement pour demain ?
Recruter pour demain
Former au pilotage éthique
Avis de recherche
Pour des chefs d’établissement visionnaires
Management est exercice de l’autorité
La formation : un capital de compétences à développer tout au long de sa carrière
Pour une culture de l’accompagnement
Management des établissements scolaires : la révolution de l’autonomie
Les nuits difficiles
Statut du chef d’établissement : le point en quatre chapitres !