Congrès 20222021-05-20T14:55:35+01:00

Annulation du Congrès 2021, maintien de l’Assemblée générale le 31 mai 2021

Chers collègues,

Parce que notre métier est « passion d’espérance », nous nous étions projetés vers une sortie de crise progressive au printemps, pour un retour à la normale dans le courant du mois de mai.
Parce qu’en tant que chef d’établissement nous sommes de bons artisans de l’urgence, nous avions reporté l’assemblée générale et le congrès annuel vers cet horizon des possibles. Changement de dates, changement de lieu, adaptation des maquettes horaires, nous n’avions pas ménagé nos efforts, avec l’espoir de vous proposer un moment fort, résonnant du bruit joyeux de nos retrouvailles, dans la douceur d’une Provence déjà réchauffée.
Mais, parce que notre responsabilité nous amène toujours à choisir avec discernement, nous nous devons d’annuler aujourd’hui l’organisation prévue à Marseille.

En effet, si les pouvoirs publics annoncent une réouverture progressive des lieux culturels et des lieux de convivialité pour le 15 mai, les informations dont nous disposons – à cette heure – ne nous permettent pas de concevoir un événement avec un minimum de convivialité pour un nombre significatif de participants.
Nous avons tenu la ligne, autant que faire se peut, mais nul n’est vraiment maître des horloges et encore moins des répliques de ce satané virus.
Nos retrouvailles attendront. Nous en sommes sincèrement désolés.

Bien entendu l’Assemblée générale est maintenue, le lundi 31 mai 2021.
Elle se tiendra en distanciel. Le conseil d’administration sera présent dans « un studio de diffusion » pour rendre compte de son travail. Les délégués académiques et les délégués territoriaux auront à charge de vous rassembler autour d’eux, selon la modalité la plus appropriée pour les différents territoires.
Enfin, au-delà des obligations statutaires, sachez que nous prendrons le temps d’un large débat sur la prospective en cours dans l’Enseignement catholique. La convocation et les modalités pour le scrutin électronique arrivent. Merci de bien surveiller vos boîtes mails @snceel.fr

Quant à Marseille… nous mettrons un point d’honneur à visiter « l’Athènes des Gaules », en janvier 2022 !

En vous souhaitant toute l’énergie nécessaire pour achever cette annus horribilis, et en espérant vous retrouver nombreux connectés lors de notre AG,

Bien cordialement,

Bien cordialement,

Vivien Joby
Président du Snceel

« Transformer l’École, une évidence internationale »

Montée en puissance de la privatisation de l’éducation ; introduction accélérée du numérique dans les pratiques pédagogiques ; classe à la maison ; gain d’autonomie des élèves ; implication des parents dans le suivi scolaire et meilleure compréhension par eux des démarches mises en œuvre ; nouvelles compétences des enseignants et, en même temps, visibilité des différences au sein du corps professoral entre l’apparatchik de l’immobilisme et l’enseignant novateur : autant d’éléments qui, parmi d’autres, interrogent le système éducatif et font que repenser l’École relève d’une ardente obligation.

Or repenser l’École ne pourra se faire qu’au niveau local. Il est en effet acquis que c’est de la base, et non du sommet, que l’École peut se réformer et progresser. C’est d’ailleurs ce que montrent les exemples étrangers. De nombreux pays ont en effet, fait le choix de la réduction du rôle de l’État en matière d’éducation, de la décentralisation et ont accordé une autonomie grandissante aux établissements.

Est-il besoin de rappeler que cette autonomie est le maître-mot de l’action du Snceel. Elle s’exprime à travers le caractère propre des établissements qui permet, à l’initiative et sous la responsabilité du chef d’établissement, de mettre en place une organisation éducative spécifique. Elle s’enracine dans l’histoire – chaque établissement est né d’un projet, fruit de la rencontre entre des besoins particuliers et des intuitions éducatives portées par les fondateurs – et dans les modalités d’association à l’État définies par le contrat. Elle fait de l’établissement le cœur de tout le système Enseignement catholique et, au-delà, du système Éducation nationale.

Parce que les établissements sont les lieux de l’organisation éducative, ceux qui les dirigent sont en première ligne. Pivots de l’organisation de la communauté éducative, ils sont maîtres d’œuvre dans la mobilisation des équipes, l’émergence de projets, la promotion de démarches pédagogiques à même de répondre aux besoins des élèves, l’interrogation permanente des pratiques au service de ce qui fonde et justifie la mission éducative : faire grandir la personne.

Imaginer ce qu’il pourrait advenir de l’École est résolument optimiste. La situation inédite vécue par tous au printemps 2020 est finalement une opportunité pour influer sur un système éducatif qui favorise l’autonomie, l’expérimentation et la confiance aux acteurs de terrain au service d’une éducation humaniste.

Arnaud Patural

Site Internet

MARSEILLE - Palais du Pharo